Le foot et l’artishow…

La coupe du monde de football, c’est comme l’artichaut : quand y’en a plus, y’en a encore !

Tee shirt

Au-delà de la pitrerie dont chacun jugera de la probité, l’épreuve est terminée sur le plan sportif, avec la  très belle victoire de l’équipe de France contre son homologue croate ce 15 juillet à Moscou. 

Et au contraire de Napoléon dont la campagne de Russie fixa le début de la fin, le foot franças et ses 23 héros en tête vont pouvoir débuter un nouveau cycle de leurs carrières. Comme Didier Deschamps l’a dit en conférence de presse à l’issue du match : "Moi, j’ai un garçon de 22 ans qui n’avait pas l’âge de comprendre quand on a été champions du Monde. On se rendra compte demain et dans les jours à venir de ce qu’ils ont réalisé. Ils ne peuvent pas se rendre compte. Ils ne savent pas ce que c’est d’être champions du monde. Mais je leur ai dit à la fin du match. Il y a deux choses qui sont importantes. Une, c’est que ces 23 joueurs seront liés à vie. Quoi qu’il se passe, ils prendront des routes différentes mais ils seront liés à vie par cet événement. Je leur ai dit aussi qu’à partir de ce soir, désolé pour eux, mais ils ne seront plus les mêmes parce qu’ils sont champions du Monde. Être champion du Monde, ça ne changera pas leur vie. Mais professionnellement, il n’y a rien qui est au-dessus."

Or, aujourd’hui les carrières des footballeurs, notamment les meilleurs d’entre eux, ne s’arrêtent pas sur le terrain. Elles se poursuivent très largement en dehors. Dans la presse people, dans le domaine de la publicité et des relations publiques. 

Prenons l’exemple de Benjamin Pavard. Celui qui, très peu connu du public français, ambitionnait de jouer "10 secondes par-ci, par-là" selon ses propres mots est devenu titulaire indiscutable jusqu’à la finale. Avec au passage un but d’anthologie contre l’Argentine. 
Benjamin Pavard, garçon à l’allure tranquille se trouve être en couple avec une ancienen miss France. Donc une petite amie connue des magazines people et de leurs paparazzi. Ce couple "princier" fera sans nulle doute tourner les rotatives durant l’été ! 

Benjamin Pavard, 2e. Le joueur est actuellement sous contrat avec le VfB Stuttgart. L’ogre Bayern Munich lui fait les yeux doux et a déjà dans l’idée de le recruter l’an prochain, quand sa clause sera descendue à 35 millions d’euros. Oui, mais ça c’était avant la finale et le titre mondial, et il y a fort à parier que d’autres clubs du gotha européen le courtiseront et risqueront de faire exploser sa cote.
 
Idem pour le capitaine belge Eden Hazard. Convoité par le Real Madrid après le départ de l’emblématique Cristiano Ronaldo, son club actuel, Chelsa, vient d’actualiser sa clause de départ : 225 millions d’euros ! 


Cristiano Ronaldo, venons-y ! La superstar portugaise a quitté le Real Madrid pour la Juventus de Turin durant cette coupe du monde. Pour un montant estimé à 100 millions d’euros (et un salaire de 31 millions d’euros/saison). La colère des ouvriers de la FIAT, principal sponsor du club transalpin aura fait long feu. Les supporters ont acheté dès leur mise en vente 500.000 maillots floqués du 7. Soit un CA de 52 millions d’euros en une journée !

Les entreprises gagnantes aussi !

Premier gagnant, l’équipementier des Bleus, l’Américain Nike. Qui s’offre avec la deuxième étoile du maillot français une campagne de communication à moindre frais. Nul doute que les détenteurs du maillot précédent seront nombreux à vouloir acquérir pour près d’une centaine d’euros/pièce cette nouvelle relique. Et l’image gagnante associée aux Bleus sera un élément de communication incroyable face à ses concurrents tels qu’Adidas ou Puma.

A moindre échelle, les entreprises partenaires de l’équipe de France verront en présentiel joueurs/coach des retombées plus que positives de cette coupe du monde. Le ticket est cher (5 millions) mais va rapporter gros. Auprès des 12,6 millions de licenciés en France, mais aussi des supporters de la 25e heure, trop heureux d’entrer dans une forme de norme sociale "frappée du coq". 

D’autres nombreux domaines comme les ventes de TV (+64% en mai par rapport aux ventes de mai 2017 (source Francetvinfo.fr), certains produits alimentaires (bière, pizza, chips, principalemnt) ont connu des hausses significatives. 

Mais il faut aussi penser à ce que l’on fait. Pas comme cette chaine belge de vente de postes TV. Qui a lancé un plan de remboursement (en fait des bons d’achats) pour les acquéreurs de télévisions si l’équipe nationale inscrivait plus de 15 buts en Russie. Las, le deuxième but d’Eden Hazard contre l’Angleterre a porté ce total à 16. Et cette entreprise en sera quitte pour plusieurs millions d’euros à débourser, pour presque 10.000 appareils achetés. 

Quel PIB ?

Là, les chiffres divergent fortement. Selon plusieurs économistes, cette hausse pourrait être de l’ordre de 0,1point, à vérifier dans les prochains mois. Mais en 1998, le succès alors inédit avait fait exploser la croissance : +1,3 point ! La France avait alors bénéficié d’un double effet : victoire finale ET pays organisateur. 

La coupe du monde de foot va encore faire parler les analystes et les exégètes de tous bords au moins jusqu’à la rentrée. Qui plus est, la FFF et la LNF vont engager des campagnes pour recruter qui des joueurs, qui des supporters pour les clubs où ont été formés la plupart des joueurs à la deuxième étoile. Et pourtant, à l’origine, ce n’est qu’un jeu…